Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par M

Cette semaine, nous abordons un nouvel aspect relatif à la consommation de viande : les conséquences pour l’environnement. C’est un vaste sujet. Nous tentons ici d’éclairer nos lecteurs avec quelques pistes de réflexion.

Dans le monde, on consomme 9075 Kg de viande chaque seconde. Ce niveau de consommation a forcément des impacts sur notre planète.

Gaz à effet de serre

Selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), l’élevage est responsable de 18% des émissions de gaz à effet de serre, soit plus que tous les transports. Un des auteurs du rapport de la FAO souligne également que « l’élevage est un des premiers responsables des problèmes d’environnement mondiaux aujourd’hui et il faudrait y remédier rapidement ». D’ici à 2050, il est estimé que nous devrons produire 200 millions de tonnes de viande en plus chaque année.

Comme le souligne le document en pièce jointe, chaque année, la consommation de viande moyenne de chaque français entraîne l’émission d’autant de CO2 qu’un trajet de 8000 km en voiture.

Détérioration des terres

Toujours selon le rapport de la FAO : « Les troupeaux sont à l’origine d’une détérioration des terres à grande échelle, 20% environ des pâturages étant considérés comme dégradés par le surpâturage, la compaction et l’érosion ». Ceci est d’autant plus marqué par l’élevage intensif des animaux.

Consommation d’eau

Les estimations divergent concernant la consommation d’eau dans les élevages. Ce qui est certain, c’est qu’il faut beaucoup d’eau pour élever du bétail. C’est un sujet sensible, car l’eau est une denrée rare.

L’interprofessionnelle de la viande et du bétail français avance le chiffre de 200 Litres d’eau consommés pour produire 1 Kg de viande bovine. C’est évidemment un chiffre à prendre avec des pincettes car il provient d’une source qui aurait tout intérêt à le minimiser. Quand on tape « viande et environnement » sur les moteurs de recherche, on tombe d’ailleurs souvent sur leurs sites internet, dommage pour les consommateurs qui cherchent une information neutre. 200 Litres est donc le chiffre admis par les industriels eux même. De façon plus neutre, le site du WaterFootPrint évoque le chiffre de 15 415 Litres d’eau par Kg de viande bovine. Finalement peut importe que ce soit 200 ou 15 000 litres qui soient nécessaire à la production d'1 kilo de viande boeuf car les 2 chiffres sont très importants et doivent nous pousser à agir.

Citons à nouveau le rapport de la FAO : « Le secteur de l’élevage compte parmi les secteurs les plus nuisibles pour les ressources en eau déjà appauvries, contribuant, entre autres, à la pollution de l’eau, à l’eutrophisation et à la dégénération des récifs coralliens. Les principaux agents polluants sont les déchets animaux, les antibiotiques et les hormones, les produits chimiques des tanneries, les engrais et les pesticides pulvérisés sur les cultures fourragères. »

Déforestation

Selon la FAO : « L'expansion des parcours pour le bétail est un facteur clé de déboisement, en particulier en Amérique latine: quelque 70% de terres boisées de l'Amazonie servent aujourd'hui de pâturages, et les cultures fourragères couvrent une grande partie du reste.» Parmi les « cultures fourragères », on retrouve en majorité le soja, qui lui-même sert à nourrir en partie le bétail français, et représente donc une pression importante sur la forêt amazonienne. Encore une fois, cette pression est surtout due à l’élevage intensif. En France par exemple, il existe des zones qui sont entretenues grâce à l’élevage, par exemple en haute montagne. Mais ceci n'est possible qu'avec de petits troupeaux.

Existe-t-il des solutions ?

Les scientifiques essayent actuellement de trouver des solutions pour réduire l’impact des élevages sur l’environnement : réduire l’apport en eau, changer la ration alimentaire, recycler les dérivés de l’industrie agroalimentaire, etc.

Mais soyons honnêtes : n’est-ce pas plutôt la façon dont nous élevons les animaux, ainsi que notre niveau de consommation, qui sont fautifs ? Comme d’habitude dans notre société, on veut traiter les maux mais on ne veut pas prévenir le problème.

C’est par exemple la concentration excessive de porcs dans les élevages qui est responsable des rejets en masse de Phosphore. C’est notre consommation excessive de viande qui créé une demande irrationnelle. Tout cela ne va faire qu’empirer puisque nous servons de modèle de « réussite » pour les pays en développement économique, tels que le Brésil ou la Chine. Si nous ne changeons pas notre propre comportement, nous ne pouvons pas demander à ces pays de faire attention à la planète.

Evidemment, nos gouvernements doivent prendre les mesures nécessaires en encadrant les conditions d’élevage.

Mais pour protéger notre environnement, il est assez simple de remplacer une partie de sa consommation de viande par la consommation de végétaux. C’est d’ailleurs une des démarches recommandées par l’Union Européenne. Ce n’est pas une démarche qui va rapporter de l’argent, donc elle n’est pas vraiment mise en avant. Pourtant, la vraie solution est là : la modération. Evidemment, que ce soit pour la viande ou pour les végétaux, il faut privilégier les aliments de saison et de provenance locale.

Nous, consommateurs, devons prendre conscience de la puissance que nous avons entre les mains. C’est nous qui dictons l’offre et la demande. Evidemment, il faut un effort commun pour arriver à un impact important. Chacun doit y mettre du sien, avant qu’il ne soit trop tard (et peut être qu’à ce moment là nous n’aurons de toute façon plus le choix).

Il existe des tas d’idées pour baisser sa consommation de viande sans contrainte, mais l’idée d’« une journée sans viande » peut être facile à appliquer dans son quotidien. Encore faut-il faire évoluer les mentalités !

Pour être mis à jour de la publication des futurs articles, n'hésitez pas à vous abonner en cliquant sur l'onglet "s'abonner". Merci !

La viande et l’environnement

Commenter cet article

stop snoring 22/01/2014 11:10

It's shocking news that the livestock is the main cause for the emission of green house gases to the atmosphere. You can see that the fluctuation in the temperature levels due to ozone depletion have created a significant impact in melting down of the ice bergs.

Christy 22/01/2014 10:52

Un poste très divertissant. Merci