Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par M

Vous avez peut être entendu parler de la dernière trouvaille en agroalimentaire ? La viande de labo ou viande en tube à essais. Certains critiques l’appellent même le « frankenburger ». Après de longue année de recherche, le Docteur Mark Post de l’université d’Eindhoven aux Pays-Bas a réussi à produire de la viande sans animaux… Cette semaine, nous souhaitons partager notre point de vue sur cette nouvelle découverte.

Le 5 août 2013, le premier burger artificiel au monde a été servi à Londres. Les deux premières personnes à avoir gouté ce burger ont affirmé ne pas être ne mesure de distinguer cette viande artificielle d’une viande conventionnelle. Après cette première mondiale très médiatisée, des questions se posent. Comment et pourquoi fabriquer une viande sans animal ? Quelles sont les conséquences pour l’homme ?

La production de la viande artificielle

Pour produire cette viande, les chercheurs de l’université d’Eindhoven ont prélevé des cellules dites « souches » sur une vache. Ces cellules peuvent donner différents type de nouvelles cellules : muscle, neurone, etc. … Ces cellules souches ont ensuite été introduites dans des bassins de culture, on y a ajouté, entre autre, des hormones de croissance. Ensuite, on a laissé les cellules se multiplier pendant plusieurs semaines. Les chercheurs ont placé ces cellules dans des bacs plus petits, afin qu’elles forment des fibres musculaires. Les fibres ont ensuite été regroupées afin de fabriquer un steak.

Afin de rendre le premier steak artificiel mangeable, l’équipe a ajouté de la chapelure, du sel, de la poudre d’œuf, du jus de betterave et du safran. Les deux derniers ingrédients permettant de colorer le steak afin de le rendre rouge, et le reste des ingrédients servant à ajuster le goût principalement.

Ce steak a tout de même coûté la bagatelle de 290 000 euros. Cette somme a été investie par Sergueï Brin, le co-fondateur de Google. Si l’industrie mise sur ce nouveau produit, le prix va rapidement diminuer et les burgers sans viande seront mis sur le marché d’ici quelques années à peine.

En quoi l’idée d’une viande artificielle est-elle bonne ?

Le bien être animal

Nous n’avons pas abordé le sujet de la souffrance animale sur notre blog, mais tout le monde a au moins entendu parler des conditions inacceptables dans lesquelles les animaux que nous mangeons sont élevés. En se passant de toute source animale pour produire cette viande, cette technique permettrait de réduire les souffrances des bêtes. Quelques organisations animales ont apporté leur soutien à ce nouveau produit.

Moins d’impact sur le réchauffement climatique

Comme nous l’avons expliqué dans l’un de nos articles, la production de viande a des conséquences très importantes sur l’environnement. Cette technique permettrait de réduire l’impact environnemental, en diminuant les besoins en matières premières et en surfaces agricoles nécessaires.

La réduction des risques de maladies liées aux élevages intensifs

La viande de labo évitera l’élevage d’animaux et donc le contact entre animaux. Par conséquent il n’y aurait a priori pas de risque d’apparition de maladie agricole animale telle que la grippe aviaire.

Effet bénéfique sur la santé

Selon la façon dont sera produite cette viande, selon les techniques employées et les besoins pour le goût du produit final, cette viande pourrait contenir moins de matière grasse qu’une viande animale. Ainsi, les problèmes liés à la consommation de matière grasse (mauvais cholestérol, maladies cardio vasculaires autres, etc), seront diminués par rapport à une viande classique.

En quoi l’idée d’une viande artificielle est-elle inutile ?

Produire de la viande artificielle part du principe de base qu’il nous faut plus de viande. Est-ce le cas ? Pas vraiment, surtout dans les pays développés. Pour ce qui est des pays en développement, il ne faut en tout cas pas inciter les gens à manger autant de viande que ce que nous mangeons sous nos contrées. Cela pour plusieurs raisons, que nous avons déjà discutées sur notre blog.

Le bien être animal

En ce qui concerne le bien être animal, il est certain que cette technique utilise beaucoup moins d’animaux. Il ne faudrait que 10 cellules souches obtenues à partir d’un animal pour produire 50 000 tonnes de viande. En revanche, cette technique pousse à la consommation de viande. Dans un premier temps, seuls les personnes fortunées pourront l’acheter, ce qui créera une image associée au luxe et à la réussite. Les pays développés, servent de modèle de réussite pour les pays émmergeants, alors que notre régime alimentaire nous rend obèses, est responsable de 30% des cancers et n’est pas durable. Alors que la consommation de viande est déjà galopante dans les pays en développement, cette technique ne va faire qu’accroître la demande planétaire.

Moins d’impact sur le réchauffement climatique

Ce point est valable uniquement si la production de cette viande est moins coûteuse en énergie et si elle engendre moins de gaz à effet de serre que la production de viande animale. En effet, cette technique de culture nécessite des locaux qui devront être chauffés, de l’énergie pour produire la viande artificielle, ainsi que pour la production de tous les produits chimiques qui entrent dans la composition de cette viande (hormones, nutriments, conservateurs…). A cela il faut ajouter la production de matière grasse, de colorants et d’arômes nécessaires à l’obtention d’une viande possédant un goût comparable à la viande animale. Là dessus, aucun chiffre n’est avancé. Il n’est donc pas possible d’affirmer si cette technique de production de viande aura un impact moins important sur l’environnement que la production traditionnelle.

Et puis, il faut ouvrir les yeux : l'élevage animal n'est pas un problème en soit, c'est l'élevage intensif qui pose problème. Il serait judicieux d'apprendre à la population à mieux manger plutôt que de lui proposer une viande de labo.

La réduction des risques de maladies liées aux élevages intensifs

Des maladies se développant sur ces cellules musculaires produites in vitro pourront très bien voir le jour. Or, pour réduire les coûts de production, cette viande artificielle sera également produite à grande échelle. L’apparition d’une bactérie ou d’un virus se développant sur les cellules musculaires pourra alors très vite se propager. Cette nouvelle méthode ne résoudra pas le problème : la production de masse.

Au-delà des maladies au potentiel pandémique comme la grippe aviaire, la culture de la viande artificielle nécessite l’utilisation de conservateur afin d’empêcher l’apparition de bactéries et de moisissures. En effet, comme tout aliment industriel, il faudra rajouter des substances, plus ou moins saines, dans le but d’augmenter la durée de vie du produit.

Cependant toutes ces mesures ne sont pas à 100% efficace et il n’est pas improbable que des intoxications alimentaires se développeront suite à la consommation de viande artificielle contaminée.

Effet bénéfique sur la santé

Cette viande sera éventuellement moins riche en matière grasse, mais la consommation de viande est reliée à une augmentation des risques de cancer du tube intestinal. La consommation de cette viande artificielle n’empêchera pas cela.

Il faut également souligner qu'en proposant une nouvelle façon de consommer de la viande, l’industrie détourne la population d’une alimentation saine. Comme nous l’avons présenté dans un de nos articles précédent, un régime à base de plantes, avec une forte réduction des produits animaux, a des effets bénéfiques sur la santé. C’est le régime qui est préconisé au niveau international.

De plus, pour produire de la viande artificielle, il faudra ajouter des hormones de croissance afin que les cellules se multiplient. Or ces hormones sont interdites en Europe pour des raisons de sécurité sanitaire. Est-ce qu’il sera meilleur pour notre santé de consommer cette viande artificielle contenant ces hormones interdites, même si cette viande ne contenait pas de graisse ? Nous avons un doute.

Toujours plus de dépendance

Ce nouveau produit, ne l’oublions pas, sera vendue par de grosses multinationales. Acheter une viande artificielle nous rendra encore plus dépendants des industriels. S’occuper d’une poule, ou d’un mouton, tout le monde peut plus ou moins le faire. Produire de la viande artificielle, seuls les scientifiques peuvent y arriver. On parle de plus en plus de souveraineté alimentaire, c'est-à-dire, la capacité à choisir ce que l'on mange, ce qu'on p^roduit et ce qu'on achete. De notre point de vue, la viande artificielle va à l’encontre de la souveraineté alimentaire.

Conclusion

Cette nouvelle viande artificielle pourrait avoir quelques avantages par rapport à de la viande animale. Cependant, pour répondre aux problèmes liés à la consommation de viande, il existe d’autres solutions. Est-ce que la viande artificielle peut répondre aux problèmes actuels dans les pays pauvres comme dans les pays riches ? Non,  cette solution ne fait que détourner le problème.

Un moyen très simple pour réduire tout à la fois (les souffrances animales, l’impact sur l’environnement, les risques de maladies liées à l’élevage intensif) et pour améliorer sa santé est de réduire sa consommation de viande. Ce moyen reste plus efficace et plus simple que la consommation de viande artificielle.

D’ailleurs, d’après les propres mots de Mark Post, son équipe prépare de la nourriture pour les personnes qui mangent de la viande et « les végétariens doivent rester végétariens, c’est encore mieux pour l’environnement ».

Bon et puis, personnellement, ce burger nous fait penser à de la science fiction, avec de la viande, tout droit sortie d’une usine : non merci, déjà que la nourriture industrielle n’a que le goût du sucre, du gras et du sel, on préfère éviter…

Pour être mis à jour de la publication des futurs articles, n'hésitez pas à vous abonner en cliquant sur l'onglet "s'abonner". Merci !

http://www.francetvinfo.fr/image/74rc36ni0-c4e2/658/370/728833.jpg

http://www.francetvinfo.fr/image/74rc36ni0-c4e2/658/370/728833.jpg

Commenter cet article

Marjo 21/08/2013 22:22

Cette invention me fait penser à une BD de TomTom et Nana qui réalisent un faux steack avec leur kit de chimie. Quand quelqu'un plante un couteau dedans il y a plein de fumée noire qui en sort! Il faudrait que je vous l'envoie ;-)