Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jonathan et Mélissa Mialon

Il y a une personne en particulier qui nous inspire et qui nous donne l’espoir de croire en un monde plus éthique, sain et durable : Anou Bakshi.

Anou est la fondatrice du Project WHY, une association indienne, basée à New Delhi. Elle vient en aide à des centaines d’enfants des bidonvilles, à travers l’éducation principalement, mais également la santé. Ce projet est reconnu par l’UNESCO et Anou a reçu des récompenses pour son engagement, de même que sa fille, Shami, qui s’occupe de la section spéciale (enfants handicapés). Enfances Indiennes est une association française qui soutient le Project WHY. Pour en savoir plus sur chacune des associations, et pour connaître le Project WHY, nous vous invitons à découvrir leurs sites internet et lire l’article que nous avons rédigé concernant notre mois de volontariat en Inde en 2012.

Anou est une personne qui nous inspire tous les jours puisque son projet a clairement changé notre vision du bonheur.  Elle essaye, avec les moyens qu’elle a, d’aider des enfants et leurs familles, sans distinction de religion, de sexe, de milieu social, ou quoi que ce soit d’autre. Elle est la preuve que chacun est capable de réparer les injustices qui existent autour de nous. Anou n’est pas une grande figure indienne comme l’ont pu être Gandhi ou Nehru (quoiqu’elle le mérite vraiment), mais elle est capable de donner espoir à des enfants qui n’ont rien.

Anou aime l’écriture, elle tient un blog et a rédigé plusieurs livres, dont Dear Popple. Avec ses mots, elle touche à l’essence même de son pays, aux maux de la société dans laquelle elle vit. Grâce à ses écrits, elle fait le lien entre les enfants qu’elle aide, qui vivent dans des taudis au milieu d’une ville en pleine croissance économique, et les lecteurs, éparpillés à travers le monde, qui vivent au cœur de cette même société, mondialisée et pleine d’inégalités.

Nous avons passé un mois auprès des enfants dont Anou et son équipe s’occupent. Ils sont quelques centaines, répartis sur plusieurs centres, ils ont entre 3 mois et 20 ans. Anou ne change pas le monde, Anou ne change même pas l’Inde, à travers son action. Mais qu’importe, elle change quelques centaines de vies, et chacune des personnes qu’elle aide a le droit, comme vous, comme nous, à la dignité et au bonheur. Si chacun apportait sa pierre à l’édifice, comme le fait Anou, la misère n’existerait pas. Et la misère n’est pas seulement matérielle, puisque même dans nos pays, où la plupart des gens ont une vie décente, les dépressions courent les rues. Après avoir rencontré les enfants des bidonvilles de Delhi, et après avoir lu l’espoir dans leurs yeux, il est impossible de rester indifférent aux inégalités.

Il n’y a qu’un pas à franchir pour aider, tendre la main à l’autre. Anou a su franchir ce pas, et son travail nous donne l’espoir de voir d’autres personnes, comme elle, le franchir. Elle a commencé avec très peu de moyens, en faisant la classe dans la rue. Son histoire est poignante et pleine d’humanité.

Nous deux, nous avons trouvé notre bataille, qui est celle contre les inégalités en matière d’alimentation, à la fois contre la malbouffe et contre la faim et la sous-nutrition. Dans notre vie de tous les jours, il y a tellement d’autres combats qui méritent d’être menés : les enfants soldats, la cause des populations indigènes (Indiens d’Amérique ou Aborigènes par exemple), le racisme, etc. Si chacun y mettait du sien, la Terre se porterait tellement mieux !

Merci Anou pour ton action et ton courage, en espérant que ça puisse donner des ailes à d’autres personnes.

Pour être mis à jour de la publication des futurs articles, n'hésitez pas à vous abonner en cliquant sur l'onglet "s'abonner". Merci !

Anou et sa fille Shami dans les locaux de la section spéciale

Anou et sa fille Shami dans les locaux de la section spéciale

Commenter cet article