Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jonathan et Mélissa Mialon

On vous parlait du lait dans un article du blog, il y a quelques années. Cette industrie semble particulièrement influente en France. On a tous vu les pubs qui ressemblent aux messages de santé du gouvernement, « les produits laitiers sont vos amis pour la vie ». Combien d’entre vous pensent que ce message fait parti des messages santé du gouvernement? Pourtant, ce spot télévisé est une pub du CNIEL, le syndicat de la filière laitière française.

On vous a parlé récemment du doctorat de Mélissa, et du fait qu’elle « surveillait » l’influence de l’industrie (agroalimentaire et de l’alcool) vis-à-vis de la santé publique. Aujourd’hui, nous voulions vous faire part de la sortie de notre nouvel article scientifique, paru dans une revue de renommée internationale en nutrition et santé publique, et qui traite de l’influence de l’industrie laitière française.

Qu’est-ce qu’on savait déjà

Avant de commencer, les recherches de Mélissa lui ont permis de démontrer, dans d’autres publications, que :

  1. Les tactiques qu’on allait étudier ont toutes été utilisées par l’industrie du tabac depuis les années 1960 ;
  2. Qu’à l’époque, personne ou presque, ne voyait ces pratiques en mal, bien au contraire ;
  3. Qu’après la mise devant les tribunaux des fabricants de tabac dans les années 1990, des documents internes de l’industrie ont été rendus publiques et ont révélé que toutes ces tactiques avaient pour but d’influencer les hommes politiques, les scientifiques et la population. Le tout dans le but d’influencer les politiques de santé publique qui iraient à l’encontre de l’industrie ;
  4. Qu’aujourd’hui, les chercheurs découvrent, petit à petit, que d’autres industries utilisent exactement les mêmes tactiques quand elles se rendent compte que leurs produits ne sont pas forcément bons pour la santé.

Ainsi, peut être que certaines pratiques que nous décrivons ici ne vous choqueront pas, mais gardez à l’esprit que d’autres industries utilisent les mêmes tactiques et qu’il a été prouvé que c’était pour influencer (comprenez du « lobby », en langue de bois).

Qu’est-ce qu’on a fait

En 2015, pendant que Mélissa travaillait sur l’Australie et Fidji (deux pays du Pacifique) pour son doctorat, nous avons mené des recherches sur la France en parallèle. On s’est intéressé à l’industrie laitière en particulier, comme un ex-lobbyiste expliquait à Mélissa, en Australie, que « de vous à moi, on sait très bien qu’on peut tout à fait se passer des produits laitiers », et que, pourtant, en France, les produits laitiers ont une place importante dans les recommandations alimentaires et les foyers. On recommande en France de manger certains produits plusieurs fois par jour, comme le lait, alors qu’on explique qu’il faut limiter la consommation d’autres produits laitiers, comme le beurre. Les produits laitiers ont ainsi une place singulière dans notre alimentation, et nous nous sommes posés la question de savoir si l’industrie laitière française exerce une influence politique ou pas, et si oui, quel est l’étendu des choses.

Sur les recommandations de Mélissa, qui ont été publiées dans une revue à comité de lecture international, on s’est limité à quelques-uns des plus gros acteurs du secteur. On a choisi les 2 plus grosses entreprises de l’industrie laitière en France, en termes de chiffre d’affaire, Danone et Lactalis, ainsi que le CNIEL (Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière – le syndicat des profesionnels du lait). Jonathan a passé 6 mois (de mars à août 2015) à analyser différents sites Internet, notamment ceux des industriels eux même, mais aussi ceux du gouvernement ou des conférences sur l’alimentation par exemple. On a par exemple regardé les sites du gouvernement en relation avec l’alimentation : ministère de l’agriculture et de l’agroalimentaire, les déclarations d’intérêt des députés, sénateurs, ministres… l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), etc…

Les exemples cités ici viennent de ce document.

Qu’est-ce qu’on a trouvé

Au cours des 6 mois de collecte des données, l’industrie a utilisé des tactiques à 170 reprises. Ces tactiques ont pour potentiel d’influencer les politiques de santé publique françaises et le public. Nous vous en proposons ici quelques exemples.

Stratégie de l’information

La première catégorie de tactique, celle qui a été le plus utilisée, correspond à des tactiques qui visent à manipuler l’information à l’avantage des industriels. Pour cela, l’industrie a utilisé 3 types de tactiques :

Elle a mis en avance l’importance que l’industrie laitière représente au niveau économique et en terme d’emploi. Le but ? Faire comprendre au gouvernement que l’industrie laitière participe grandement à l’économie française et qu’il faut donc les écouter. L’industrie du tabac utilisait et utilise toujours cet argument quand elle est accusée de rendre les gens malades. C’est oublier, pourtant, que si ses produits rendent malades, cela a un coût pour la santé (baisse de la productivité, soins de santé, etc.).

L’industrie laitière française détourne également la discussion sur les problèmes d’alimentation en parlant plutôt de sport, mais aussi en promouvant l’idée que les consommateurs doivent être responsables de leur santé, etc… plutôt que de parler des problèmes que peuvent créer leurs produits. Le but ? Détourner l’attention, pour éviter de se faire critiquer.

« Pour accompagner les enseignants tout au long de l’année scolaire, l’Institut Danone France, en collaboration avec l’Union Sportive de l’Enseignement du Premier degré (USEP), a développé le kit « Faut que ça bouge » » [Danone]

Pour finir, les trois acteurs que nous avons étudiés ont très largement tenté de manipuler les connaissances scientifiques par rapport aux produits laitiers. Il existe de nombreux sites qui sont gérés par l’industrie, bien que d’apparence indépendante parfois. Les industriels citent des articles scientifiques qui n’ont en fait jamais été publiés, ou d’autres qui ne sont pas relus par des comités de lecture (ce qui est une norme scientifique de base), mais également en citant des recherches financées par l’industrie laitière elle-même (avec la possibilité de biais qui en découle), ou encore en omettant de citer des sources scientifiques pour justifier ce qu’ils avancent.

« Pour les professionnels de santé le fromage est avant tout source de calcium et de protéines. Ils lui reconnaissent un rôle dans la prévention de la dénutrition et de l’ostéoporose » [CNIEL]

Les industriels participent aux grandes conférences sur l’alimentation en France, ayant ainsi un accès privilégié aux professionnels de santé : « Entretiens de Nutrition de l’Institut Pasteur de Lille », « Journées Francophones de Nutrition » (Danone y a même organisé un évènement parallèle), les « 53ème journées d’études de l’Association Française des Diététiciens Nutritionnistes ».

Nous avons également découverts le site  www.power-cows.fr, sur lequel l’industrie laitière fait jouer nos enfants pour leur « promouvoir » la consommation de produits laitiers. Autrement dit, des jeux qui poussent à la consommation, une pratique décriée par de nombreux professionnels de santé, mais dont on parle encore peu en France.

Stratégie de création de groupes de soutien

L’industrie laitière française a également établie de nombreux liens avec nos hommes politiques, ainsi que le public français. Cela lui permet, probablement, de toucher des personnes qui seront ensuite plus enclin à accepter ses pratiques, et auront moins tendance à les critiquer, tout comme l’industrie du tabac l’a fait dans le passé. Par exemple, Danone fait des recherches en partenariat avec l’INRA (l’Institut National pour la Recherche Agronomique). Cela peut poser un risque pour les chercheurs, qui peuvent perdre leur indépendance, notamment.

« Depuis bientôt trente ans, l’Interprofession laitière entretient des relations privilégiées avec l’Éducation nationale, par le biais d’actions à destination des équipes pédagogiques, des membres du personnel d’encadrement et des élèves. L’objectif : faire connaître aux enfants et aux adolescents les produits laitiers. »

Plusieurs experts de l’ANSES, surtout ceux du groupe « nutrition humaine », ont des liens étroits avec l’industrie laitière, en ayant fourni leur expertise, en ayant fait de la recherche, ou en ayant même des intérêts financiers. Il est à noter que les experts ANSES sont exclus des discussions sur lesquelles ils ont un conflit d’intérêt.

Risques pour la santé publique en France

Notre étude a finalement montré que l’industrie agroalimentaire française utilise les mêmes tactiques que l’industrie du tabac. Faut-il encore accepter ce genre de pratiques, ou bien, selon le principe de précaution, se poser quelques questions quant aux relations des professionnels, dirigeants politiques, et même du public, avec l’industrie laitière ? C’est une question légitime, et nous espérons que nos travaux donneront l’envie aux français de se pencher sur le problème.

Pour être mis à jour de la publication de nos futurs articles, n'hésitez pas à vous abonner à notre blog en cliquant sur l'onglet "s'abonner", et à nous suivre via notre page Facebook. Merci !

L’influence politique de l’industrie laitière en France

Commenter cet article