Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jonathan et Mélissa Mialon

Après plusieurs années d’absence sur notre blog (la vie nous emmène à des endroits inattendus, physiquement et métaphoriquement – il y a donc eu un bébé, une thèse et 3 déménagements depuis notre dernier post).

Nous abordons cette semaine un sujet important, suite à la participation de Mélissa au Congrès Mondial sur le Cancer, qui a eu lieu à Paris en Octobre 2016.

Malheureusement, nous connaissons tous une personne, dans notre entourage, touchée, de près ou de loin, par le cancer. En effet le cancer est la 1ère cause de mortalité en France, avec 360 000 cas chaque année (chiffre de l'INVS pour 2011)

Pourtant cette maladie n'est pas une fatalité : c'est ce qu'on appelle une maladie de société. Elle est très souvent causée par notre mode de vie. Il est donc assez simple de modifier notre façon de vivre pour réduire le risque d'être affecté. Encore faut-il savoir quoi modifier. C'est là le but de notre article : vous présenter en détail les 10 recommandations de la fondation mondiale pour la recherche sur le cancer qui permettent la prévention des cancers.

Les 10 recommandations

  1. Maintenir un poids stable et sain. C'est à dire avoir un IMC (Indice de Masse Corporelle) entre 18 et 25. Pour le calculer : IMC = poids/(taille X taille) – le poids étant en kg et la taille en mètres.
  2. Faire de l'activité physique. Restez actif pendant au moins 30 minutes par jour et rester moins souvent assis. On ne parle pas de faire 3h30 de sport intense le dimanche, mais bien 30 minutes d'activité modérée chaque jour. Chaque geste du quotidien compte : monter les escalier plutôt que de prendre l’ascenseur, faire la vaisselle, etc.
  3. Evitez les aliments riches en calories et les boissons sucrées. Pour faire très simple, la majorité des aliments transformés, surtout ceux ayant une liste d’ingrédients trop longue (plus de 5 ingrédients est un chiffre communément accepté), sont à remplacer par des aliments plus sains, moins riches en sucre, sel et gras. Une façon simple de changer d’alimentation est de faire ses courses au marché ou de s’inscrire auprès d'une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), qui peut vous fournir un panier de légumes (et parfois d’autres aliments peu ou pas transformés) et cuisinez vous-même vos plats.
  4. Manger plus de graines, fruits, légumes et légumineuses. Ajustez votre alimentation ainsi:
  • Plus de graines (noix, noisette, amande, graine de lin...). Choisissez-les non salées et n'hésitez pas à en mettre partout. Un exemple très simple : garder un mélange de noix, graines et fruits sec... sur le plan de travail de la cuisine, à portée de main dans la maison ou dans votre sac à main, en cas de petits creux. Mettez-en aussi dans vos salades l'été, dans vos soupes et gratins l'hiver...
  • Plus de fruits et légumes. Au moins 5 portions par jours mais n'oubliez pas que c'est un minimum, donc mangez-en autant que vous voulez.
  • Plus de légumineuses. En effet, on n'en consomme pas assez en France. Pourtant, les haricots rouges/blancs, les lentilles, les pois chiche, quinoa et autre sont très bon pour la santé. On peut là aussi en rajouter dans les salades composées l’été ou les soupes l’hiver
  1. Limiter votre consommation de viande rouge et éviter la viande transformée (type jambon, nuggets, etc.). Limitez-vous à 2 repas avec de la viande rouge par semaine (c'est un maximum, donc moins c'est mieux). Éviter les saucissons, jambons... car ils ont été travaillés, on y a souvent ajouté des additifs (dont certains ne sont pas des plus sains pour la santé) et de la matière grasse.
  2. Ne buvez pas d'alcool. On en avait déjà parlé dans un autre article, mais l'alcool est mauvais pour la santé (il augmente les risques de cancers dès la première goutte), donc buvez-en le moins possible, sachant que pas du tout c'est mieux.
  3. Manger moins de sel. Ici aussi, évitez la nourriture trop transformée, et cuisinez plus souvent vous-même.
  4. Ne pas dépendre des compléments alimentaires. Effectivement, ces produits ne peuvent pas remplacer une alimentation équilibrée, c'est d'ailleurs écrit sur les emballages maintenant "ne se substitue pas à un régime équilibré". En effet, prendre des vitamines en comprimés n'a pas les mêmes effets sur la santé que d'obtenir ces vitamines par notre alimentation. Plusieurs comprimés de vitamines n’égaleront jamais ces mêmes vitamines dans un aliment, car l’aliment contient plein d’autres choses en même temps.
  5. Allaiter (pour les femmes). L'allaitement est un facteur très important dans la diminution des risques de cancers, notamment du cancer du sein. Plus une femme allaite longtemps, plus elle se protège contre le cancer. Sachant que l'OMS et le Programme National Nutrition Santé, ainsi que la Haute Autorité Sanitaire en France recommandent d'allaiter au moins 2 ans son enfant.
  6. Pour ceux qui ont déjà eu un cancer, il faut suivre ces recommandations.

Quelques remarques que nous font les gens quand nous leur expliquons ces 10 recommandations possibles et nos réponses…

C’est étrange mais quand on parle de prévention des cancers, tout le monde y va de sa petite remarque, en citant l’expérience « du cousin de l’oncle de… » pourtant ces recommandations sont établies à partir d’études scientifiques basées sur des centaines de personne et pas sur l’expérience d’une seule personne. C'est ce qui s’appelle des études épidémiologiques. Voici donc les remarques les plus souvent entendues et notre réponse.

« Oui mais moi je connais machin qui a fumé et bu toute sa vie et il n’a pas eu le cancer ». Oui, c’est possible, mais les études montrent que si on respecte ces 10 recommandations on a moins de risque de développer un cancer. Machin a eu beaucoup de chance, mais malheureusement pour l’ensemble de la population, fumer et boire favorise grandement le risque de développer un cancer.

« Oui mais moi je connais truc qui ne fumait et ne buvait pas, mangeait bien et il a eu un cancer ». Pareil, si on suit les recommandations on a moins de risque, ça ne veut pas dire que le risque est nul. Ça serait comme dire « truc n’a joué qu’une seule fois au loto dans toute sa vie et il a gagné le jackpot », c’est extrêmement rare mais ça arrive.

« Oui enfin avec tous les polluants dans l’environnement, on n’est pas à ça près, autant mourir de quelque chose ». Notre réponse est que la part des cancers liés aux polluants environnementaux est beaucoup plus faible que celle attribuée au mode de vie. En d’autres termes, contrairement à ce que pense l’opinion populaire, ce sont l’alcool, une mauvaise alimentation, un manque d’activité et le fait de ne pas allaiter qui causent la majorité des cancers. Et puis ce n’est pas parce qu’il y a des polluants qu’il faut en plus aggraver la situation en ne vivant pas sainement.

 

Vous connaissez maintenant quelques petits gestes à faire pour prévenir le risque d'avoir un cancer (mais bien entendu, cela ne garantit rien, puisque ce sont des recommandations générales). Il ne vous reste plus qu'à les mettre en pratique. En cette période de début d'année, faites-en vos bonnes résolutions pour 2017.

Et souvenez-vous, vous n’êtes pas obligé de suivre ces recommandations à la lettre, mais essayer de faire de petits gestes au quotidien.

Pour être mis à jour de la publication des futurs articles, n'hésitez pas à vous abonner à notre blog en cliquant sur l'onglet "s'abonner", en nous suivant sur notre page Facebook. Merci !

Résumé des facteurs influençant le risque d'apparition des cancers

Résumé des facteurs influençant le risque d'apparition des cancers

Commenter cet article

Jérémy Anso 08/01/2017 21:52

Salut à vous deux ! Quel plaisir de vous retrouver sur votre blog ! Je vous adresse mes félicitation pour la thèse, l'enfant et la reprise avec cet article super intéressant ! Egalement mes meilleurs voeux pour 2017.

Je suis totalement d'accord avec les 10 recommandations. Toutefois, celle sur l'alcool est délicate tellement l'alcool est présent partout. Même un verre de vin rouge par jour (ou moins) c'est nocif selon la Fondation contre le cancer ?

A bientôt et au plaisir de vous lire ! Jérémy

Jonathan et Mélissa Mialon 08/01/2017 22:09

Bonjour Jérémy

Merci pour ton message! Oui que de changement hein. En espérant que tout aille bien pour toi. Oui, figures-toi que selon la Fondation (et l'OMS, via l'IARC), la 1ère goutte est nocive, puisque toutes les boissons alcoolisées sont des carcinogènes de classe 1. D'ailleurs, l'alcool est maintenant mon domaine de recherche (Mélissa), depuis que je bosse à la fac de York en Angleterre. Je travaille maintenant sur le lobby de l'industrie de l'alcool et son influence sur la science en particulier. Nous en sommes au tout début du programme mais ça s'avère déjà très interessant! Je garde un pied dans le domaine de l'agroalimentaire avec quelques publications en préparation et pas mal de collaborations.
A bientôt.

Mélissa