Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par M

Vous avez peut être entendu parler de la mention « fait maison » dans les restaurants, introduite cette semaine en France (15 juillet 2014).

L’idée d’une telle mention a germée il y a quelques années chez les restaurateurs qui faisaient du fait maison, face à l’utilisation de plus en plus régulière de produits transformés, issus des usines de l’industrie agroalimentaire. « Près de 70% des restaurateurs français ont une carte composée totalement ou partiellement de plats industriels prêts à servir (à réchauffer ou pas, en sous-vide, en conserve ou surgelés)» expliquait Xavier de Namur, un des restaurateurs qui a commencé à dénoncer ces pratiques au début des années 2010.

Le problème avec la nourriture industrielle en restaurant ? Comme ce qu’on achète en supermarché, les aliments sortant des usines ont un goût standardisé, partout le même. Alors, pourquoi aller au restaurant si c’est pour manger ce qu’on peut manger à la maison, et n’importe où ailleurs ? Xavier de Namur souhaitait plus de transparence de la part des restaurateurs, et le choix pour les clients de choisir des restaurants où on cuisine vraiment.

C’est donc face à cette demande que le gouvernement a mis en place la mention « fait maison ». L’idée est bonne. Le hic, c’est que cette mention semble encore une fois servir les intérêts des industriels, et pas vraiment celui des vrais cuisto.

  • Les produits déjà « réfrigérés, congelés, surgelés, conditionnés sous vide» provenant de l’industrie peuvent par exemple rentrer dans la liste des ingrédients d’un plat « fait maison ». Une exception pour les pommes de terre, qui ne rentre pas dans cette catégorie. Certains suggèrent que cette exception visait les fast food, qui autrement auraient pu faire du « fait maison » avec leurs frites. Mais pourtant d’autres produits de fast food peuvent entrer dans cette catégorie. En fait, à peu près tout peut rentrer dans cette catégorie.
  • Même les produits qui ne figurent pas dans ce que le gouvernement considère comme du « fait maison » peuvent faire partie d’un plat « fait maison », « dès lors que la marque du produit ou le nom du professionnel qui l'a fabriqué est expressément indiqué ».

Ces limites, et bien d’autres, ont été discutées dans les médias, et nous invitons bien évidemment nos lecteurs à prendre cette mention avec des pincettes. Quel dommage, cette mention était censée rendre les pratiques des restaurateurs plus transparentes, mais elle reste un peu ambigue sur certains points.

Pour être sûr de manger chez un restaurateur qui utilise des produits frais et non transformés il faut chercher la mention "maître restaurateur". Le cahier des charges est plus stricte. Chez les maîtres restaurateurs, les ingrédients qui entrent dans la composition des plats faits maisons doivent être non transformés, frais et provenir d'artisants ou de PME.

Pour être mis à jour de la publication des futurs articles, n'hésitez pas à vous abonner en cliquant sur l'onglet "s'abonner". Merci !

Logo "fait maison"

Logo "fait maison"

Commenter cet article

AGNES 18/07/2014 16:17

En fait, comme toujours en France (je ne sais comment cela se passe dans les autres pays), on prend le problème à l'envers. Je pense que ce sont les restaurateurs qui utilisent des produits industriels qui devraient le signaler sur leurs cartes, parce que, comme dans votre article, pourquoi aller au restaurant et parfois, payer le prix fort, pour manger la même chose que vous trouvez au supermarché et que vous pouvez mettre dans votre micro-ondes.
Effectivement, cette nouvelle mention peut aller dans le bon sens mais ses conditions d'obtention sont trop floues et trop laxistes.
J'ai également écouté un restaurateur parler de l'autre mention "Maitre restaurateur" qui est en effet plus stricte.
En fait, c'est à nous, clients, de faire nos choix et boycoter ceux qui ne jouent pas franc jeu avec nous et nous qui veulent, comme d'habitude, nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
Si nous voulons manger sain, prenons nous en charge et arrêtons d'attendre que nos politiques fassent tout à notre place. Surtout, que notre santé leur importe peu, vu que, si nous sommes malades ou pas très bien portants, nous allons consommer plus de médicaments. Ceci renforce le pouvoir des lobbies pharmaceutiques.
Vous allez me dire que nous ne sommes pas obligés d'aller au restaurant et que c'est bien meilleur à la maison. Je réponds que oui, en effet, mais en tant que mère de famille, j'aime parfois mettre les pieds sous la table et me faire servir. Un peu de repos bien mérité et de bons moments passés avec la famille, les amis ou son amoureux.
Bon, sinon bon appétit et prenez soin de vous, ayez l'oeil critique.

Jonathan et Mélissa Mialon 19/07/2014 00:30

Excellents commentaires, merci de participer au débat! Justement, nous nous disions que le monde tourne à l'envers. C'est bien ceux qui font de la nourriture industrielle qui devraient l'indiquer sur leur carte. Ca semble plus simple pour les contrôles par la repression des fraudes, comparé à toutes ces exceptions dans la mention "fait maison"! Nous avons l'illusion du choix, mais en fait, rien n'est transparent, et on se fait prendre pour des imbéciles!

Marjo 18/07/2014 15:12

C'est nul tout ça, ils devraient aller en cuisine et donner une mention aux cuisiniers qui cuisinent et puis c'est tout. Même si c'est difficile à contrôler, je suis sûre qu'il y a moyen de mettre ça en place.