Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jonathan et Mélissa Mialon

Pour cet article, difficile de trouver l’introduction idéale. C'est à la fois une présentation de Michael Pollan, d’un de ses livre « In defense of food » ("En défense de l’alimentation"), ou encore d'une façon de voir l’alimentation un peu révolutionnaire et à contre-courant.

C’est un peu tout à la fois. Commençons par Michael Pollan. C’est un journaliste, activiste et professeur américain. Il est connu pour ses livres sur l’alimentation. En quoi un journaliste peut-il nous parler d’alimentation ? Figurez-vous, comme l’explique Michael, que les journalistes sont tout aussi responsables de la façon dont le grand public voit l’alimentation que les scientifiques qui élaborent les recommandations nutritionnelles ou les industriels de l’agroalimentaire. En présentant, dans les magazines ou à la télévision, les personnes obèses comme incapables de contrôler leur appétit, mangeant des frites, burgers, crèmes glacées, et en montrant, la plupart du temps, uniquement leur corps, les journalistes laissent penser que l’obésité est un problème personnel, un manque d’éducation à une bonne alimentation. (Cette approche est de plus en plus controversée: les gens seraient-ils devenus moins éduqués qu’au moyen âge, malgré le fait que de plus en plus de gens puissent aller à l’école ? Peu plausible)

Michael Pollan, dans son livre « In defense of food », propose de repenser l’alimentation sans entrer dans le piège du « nutrititionnisme », c'est-à-dire en refusant l’appropriation par la science. Il explique que les scientifiques essayent de comprendre comment les composés des aliments interagissent sur la santé, mais que la nature ne se résume pas à des molécules. Nous invitions les lecteurs à lire son livre pour comprendre le cheminement qui l’amène à de telles conclusions, mais en tant qu’ingénieurs agroalimentaire (Mélissa et Jonathan), et doctorante en santé publique (Mélissa), nous ne pouvons qu’être d’accord avec son approche. C’est même cette approche à l'alimentation que nous nous appliquons, après plusieurs années d’études dans le domaine, et surtout de remise en cause de l'alimentation moderne. Son livre a eu beaucoup de succès aux Etats Unis.

Voici donc les recommandations que Michael donne pour retrouver une vraie alimentation saine:

  • Mangez surtout des plantes, comme nous l’avions détaillé dans un autre article
  • Nous sommes ce que nous mangeons :
    • Si vous mangez de la vache par exemple, mieux vaut choisir une viande qui a eu une alimentation à base d’herbe plutôt qu’à base de céréales car c’est contre nature
    • Mangez les aliments provenant d’une terre saine (pas forcément Bio, mais au moins provenant de fermes où le paysan fait attention à son environnement)
  • Mangez des aliments sauvages (animaux, comme le sanglier ou le cerf par exemple, et végétaux, comme les mûres ramassées en forêt)
  • Mangez comme un omnivore : variez tous les jours votre alimentation, ce qui contribuera également à la biodiversité et évitera la perte de nombreuses espèces (animales et végétales)
  • Essayez de mettre au frigidaire les légumes ou fruits de saison que vous achetez en gros lot, de façon à en avoir à disposition plus longtemps
  • Sur les emballages :
    • Evitez les produits avec des ingrédients non familier ou/et non prononçables
    • Evitez les produits avec plus de 5 ingrédients (Prenez donc le temps de cuisiner pour les plats avec plus de 5 ingrédients, au lieu d’acheter des produits tout prêts)
    • N’achetez pas ce que vos grands-mères ou arrières grands-mères ne reconnaitraient pas
    • Evitez les produits avec des slogans santé ou nutrition (du genre « riche en vitamine C », « Contribue à la santé des os », etc: le citron ou la banane, bien que très bons à la santé, ou riches en vitamines et minéraux, ne portent pas de tels slogans)
  • Achetez les produits  dans les allées en périphérie des supermarchés. Evitez le milieu, où se trouvent les produits les plus transformés la plupart du temps
  • Evitez les supermarchés, retournez au marché paysan (on ne peut qu’être d’accord, pas seulement pour les produits de plus grande qualité, mais pour le contact humain et le respect des personnes qui produisent notre nourriture, notamment)
  • Regardez tout ce qui n’est pas traditionnel avec scepticisme
  • Ne cherchez pas la molécule miracle dans l’alimentation traditionnelle, c’est le tout qui est bon à la santé, le mélange des ingrédients (Faisons confiance aux milliers d’années d’amélioration des recettes traditionnelles par nos ancêtres)
  • Mangez comme les français, italiens, japonais, indiens, grecques (notre point préféré!). Ne laissons pas les traditions culinaires françaises disparaitre ou être uniquement utilisées par les industriels. Apprenez à cuisiner avec vos grands-mères, en particulier pour la jeune génération, qui ne sait plus faire à manger. C’est primordial. La cuisine française fait notre fierté mais disparaît rapidement dans nos propres maisons. Pour que le monde nous regarde encore comme un modèle dans 100 ans, nous devons apprendre, prendre le temps, et savoir savourer !

Un petit bémol peut être sur ce livre, Michael ne parle pas des conséquences de notre mode d’alimentation moderne sur la nature et l’économie mondiale (ce pourquoi nous recommandons l’alimentation Bio et la réduction de la consommation de produits animaux). Mais cela fait l'objet d'autres livres!

Pour être mis à jour de la publication des futurs articles, n'hésitez pas à vous abonner en cliquant sur l'onglet "s'abonner". Merci !

Michael Pollan et la défense d’une vraie alimentation

Commenter cet article