Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par M

La malbouffe

Chers lecteurs, ce début d’année n’a pas été simple au niveau personnel, ce qui explique, pour ce qui suivent le blog depuis le début, la baisse dans la fréquence des articles. Ce n’est pas pour autant qu’il manque de matière quand il s’agit de parler de malbouffe !

Cette semaine, on va essayer de vous expliquer pourquoi il ne faut pas se laisser prendre au piège par les vendeurs de malbouffe qui se sont lancés, depuis quelques années, dans la « nutrition » et la « santé ».

On parle ici des produits ultra-transformés, qui n’ont plus rien à voir avec des aliments tels que la nature nous les offrent : boissons gazeuses sucrées, friandises ou plats cuisinés. Nous avions déjà parlé des problèmes que posent de tels produits sur la santé, y compris le fait que ce sont des bombes caloriques, très riches en énergie mais souvent vides en vitamines ou minéraux. Sachez que, en matière d’alimentation, le problème le plus important pour votre santé, loin devant les contaminations chimiques (par exemple le Bisphénol A ou les dioxines) est l’obésité et autres conséquences d’une alimentation déséquilibrée. Si on veut manger chaque jour au moins 5 parts de fruits et légumes, plus 3 produits laitiers, environ 1 ou 2 viandes, poissons et œufs, plus des féculents à chaque repas, il n’y a plus de place pour la malbouffe (sinon on dépasserait le nombre de calories recommandées).

Pour nous faire manger de la malbouffe, des armées d’ingénieurs (nous avons-nous même suivis une formation d’ingénieurs agroalimentaires), des pro du marketing et plein d’autres spécialistes s’affairent dans les multinationales partout dans le monde. Les produits sont faciles à préparer, peu chers, des milliards d’euros sont dépensés pour en faire la publicité (notamment auprès des enfants), et ils sont faits pour nous faire craquer (grâce à la dose de sucre, de gras et la pointe de sel qu’ils contiennent).

Quand les marchands d’obésité se déguisent en guérisseurs

L’ironie, ce n’est pas tant que les industriels nous proposent des produits qui nous rendent malades. Après tout, leur but est de faire de l’argent, ils en sont même obligés, ils ne sont pas là pour prendre soin de nous. Le problème, c’est plutôt que ces vendeurs de malbouffe ont senti venir l’indignation des consommateurs depuis quelques années, et qu’ils réagissent comme si ce n’était pas eux qui étaient à l’origine du problème. Ils nous proposent même des solutions !

Cela passe par les régimes. Comme on l’avait décrit dans un article, les multinationales qui vendent de la malbouffe possèdent aussi les plus grosses compagnies de régimes. Ils gagnent donc à nous faire grossir, puis maigrir ! La belle boucle est bouclée !

Ils nous proposent des produits allégés, qui pourtant rendent encore plus accro les consommateurs et n’ont pas forcément de bons effets pour notre santé.

Ils font des publicités où ils encouragent les gens à faire du sport, évitant ainsi de parler de leurs produits et de se faire critiquer.

Ils expliquent qu’ils ont des produits avec portions plus petites. Pourtant ceci n'est qu'un message de façade car un ingénieur venus présenter ce type de produit dans notre école a reconnu le fait que ces produits déculpabilisent les gens, qui reprennent donc un deuxième paquet, et l’effet de la petite portion est annulé… Il nous a même affirmé que le consommateur mange encore plus par rapport à une portion normale.

Ils disent que c’est aux gens de lire les étiquettes. Tout le monde n’a pas forcément le temps de faire ça pour chacun des aliments qu’il achète… et tout le monde ne comprend pas forcement le charabia des étiquettes. Et puis surtout, lorsque des lois tentent de rendre les étiquettes plus comprehensibles, ils s'y opposent fortement.

Aux Etats Unis, les industries agroalimentaires ont aussi dit qu’elles allaient baisser le nombre de calories totales présentes sur le marché alimentaire américain. L’explication moins glamour est qu’ils ont décidé ça en 2007/2008, période à laquelle la crise a commencé, et à partir de laquelle, de toute façon, leurs ventes allaient baisser, donc la quantité de produits (et de calories) présentes sur le marché allait baisser. Des chercheurs américains travaillent en ce moment sur ce projet.

Les industriels parlent souvent d’obésité, mais, vous remarquerez qu'ils ne parlent pas de diabète, un des gros problèmes avec la malbouffe. Evidemment, puisque dans le cas du diabète, ils ne peuvent pas jouer la carte de l’activité physique et du sport. Le risque majeur est l’alimentation. Alors, ils évitent le sujet.

Bref, les industriels remettent la faute sur les gens s’ils ont une mauvaise santé à cause de la malbouffe. Ils ont senti venir les attaques contre leurs produits, et ils essayent de nous faire croire qu’ils aident à changer les choses.

Ce n’est pas du tout notre point de vue. Quelqu’un qui n’aurait que des produits bons à la santé dans son supermarché ne deviendrait pas obèse ou malade. Quelqu’un qui n’a le choix qu’entre des sodas, des pâtes à tartiner bourrées de graisses et sucres et des friandises, lui, est quasiment sur de devenir malade. C’est l’environnement qui nous rend malade, ce ne sont pas les gens, qui, depuis quelques décennies, sont devenus bêtes et ne savent même plus faire attention à eux.

Si une industrie veut survivre, elle doit vendre et faire des actions qui vont continuer à la faire avancer. Toutes ces actions mises en place pour soit disant faire de la nutrition ne sont que des échappatoires pour les industriels, une façon d’éviter d’être critiqués. Et pour le moment, malheureusement, ça marche.

Il y a beaucoup d’experts en santé qui veulent travailler avec les industries agroalimentaires pour essayer d’améliorer leurs aliments et leurs actions. Nous pensons que ça ne marchera pas. Le but des compagnies agroalimentaires est de vendre, pas de couler.

L’alternative, bonne à la santé, mais aussi pour notre planète et pour les autres autour de nous, c’est la consommation alimentaire locale, de saison, naturelle, bio, lente. Il faut arrêter de se faire gaver et d’être esclaves de ce que nous mangeons. Nous espérons que les infos sur notre blog, en particulier dans la catégorie « idées », vous aideront à retrouver une vraie alimentation ! Ne vous laissez pas prendre au piège de la malbouffe, même si elle est déguisée en santé !

Pour être mis à jour de la publication des futurs articles, n'hésitez pas à vous abonner en cliquant sur l'onglet "s'abonner". Merci !

Quand la malbouffe se déguise en santé

Commenter cet article