Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jonathan Mialon

Description:

Dans La Fin de la Pauvreté son ouvrage paru en 2005, Sachs dit : « la gouvernance africaine est pauvre parce que l’Afrique est pauvre ». Selon lui, en prenant les mesures adéquates, la pauvreté (à l’image des 1,1 milliard de personnes extrêmement pauvres vivant avec moins de l'équivalent d'un dollar américain par jour) peut être éradiquée d'ici à 20 ans. La Chine et l'Inde ont valeur d’exemple ; la Chine a soustrait 300 millions de personnes à la pauvreté au cours des deux dernières décennies. Pour Sachs, le relèvement du montant de l’aide des 65 milliards de dollars américains actuellement alloués à 195 milliards de dollars américaine par an d'ici 2015 sera un élément de poids. Il souligne l'incidence de la géographie, une grande partie de l’Afrique étant de fait enclavée et en proie à la maladie, tout en rappelant que ces problèmes, une fois décelés, peuvent être résolus : une maladie (telle que la malaria) peut être circonscrite, et une infrastructure appropriée mise sur pied. Si l’on ne se penche pas sur ces problèmes, les élites politiques auront toujours comme préoccupation première de faire sortir les richesses issues des ressources du pays, n'offrant ainsi aucune source d’investissement et donc de développement.

Livre acheté dans une librairie parisienne par Mélissa, qui souhaite se spécialiser en politique nutritionnelle et alimentaire, pour comprendre un peu plus en détails l'économie mondiale et certaines stratégies proposées.

Ce livre nous a permis de comprendre plus en détails le fonctionnement de l'économie et de la politique mondiale. Cependant, il ne nous a pas conquis à tous les niveaux. Par exemple Sachs ne parle à aucun moment des effets négatifs de notre développement sur la planète. Pourtant, nous deux pensons que si tout le monde consomme à la façon des pays développés, les conséquences pour la santé et la nature ne feront qu'empirer.

Nous sommes pour une développement où chacun puisse avoir le droit à une part du gâteau. Certes, la civilisation humaine a beaucoup progressé et nous vivons dans le confort, mais ce n'est pas le cas pour un milliard d'humains, qui connaissent encore de faim. Et pour les autres 1,5 milliards de personnes qui sont obèses ou en surpoids, il n'est pas certain non plus qu'elles soient vraiment heureuses de leur situation. Nous souhaitons que la balance se rééquilibre, comme recommandé par de nombreux experts.

Pour être mis à jour de la publication des futurs articles, n'hésitez pas à vous abonner en cliquant sur l'onglet "s'abonner". Merci !

"La fin de la pauvreté" J.Sachs

Commenter cet article